Quoi de vieux aujourd'hui ?

lundi 26 septembre

Pinceaux de maquillage très sales : pré-lavage à l'huile

Voici donc le deuxième volet sur le nettoyage de pinceaux. Ici nous avons vu le lavage des pinceaux utilisés pour des fards secs et/ou clairs, avec un seul lavage au savon de Marseille. Mais les pinceaux à fond de teint, correcteur, liner crème ou utilisés pour des pigments très foncés risquent de conserver encore un peu de pigments dans leurs poils. C’est pourquoi je vous propose de rajouter une étape à la méthode indiquée précédemment.

Je me suis inspirée d’une vidéo de Michelle Phan relayée par Mon blog de fille. Michelle, en introduction, rappelle très opportunément à quoi ça sert de laver ses pinceaux : dans les poils sont coincés des restes de vieux produits de maquillage, du sébum, des cellules mortes, des poussières, ce qui en fait un nid à saletés et à bactéries. Beurk ! Elle dit que ne pas laver ses pinceaux revient à ne pas se laver le visage. Voilà pour celles qui auraient encore besoin de motivation pour s’y mettre !

Elle, elle utilise un mélange huile-liquide vaisselle. J’ai essayé. Mais depuis que j’ai testé le nettoyage au savon de Marseille, j’ai complètement abandonné le liquide vaisselle. Je vous assure que le savon enlève très bien le gras, pour un résultat que je trouve meilleur. Après, comme chaque personne a ses préférences, vous pouvez tester les deux méthodes.

Maintenant prenons des pinceaux bien imbibés de fond de teint et correcteur (à gauche) et de pigment minéral prune (à droite). À noter que le petit pinceau coudé est blanc à l’origine.

IMGP1961-horz

Les pigments de maquillage se dissolvent très bien dans l’huile. D’ailleurs l’huile est un très bon démaquillant. On va donc prendre une banale bouteille d’huile, ici d’olive, et une assiette :

IMGP1963-horz

Et on fait patauger les poils des pinceaux. Notez le transfert des pigments :

IMGP1969-vert

On reprend ensuite la procédure indiquée dans le dernier billet. Personnellement, je répète l’opération savonnage-rinçage pour un meilleur résultat, surtout pour les gros pinceaux (plus de chances d’avoir de l’huile coincée au milieu des poils).

Et voilà ! On fait sécher tout ce petit monde à plat :

IMGP1970

On voit que les poils clairs ont repris leur teinte d’origine…

IMGP1972-horz

Enfin, quelques mots sur la fréquence de lavage des pinceaux. Personnellement, je les lave à chaque utilisation. Certes, ça implique de paralyser un coin de table pour le séchage, mais ça en vaut la peine. Les beauty addicts un peu plus fortunées peuvent investir dans un ou deux séchoirs pour pinceaux d’artiste peintre.

La plupart du temps mes pinceaux sont secs pour le lendemain, même en plein hiver, sauf pour les gros pinceaux à poudre. J’en ai plusieurs. J’ai acheté la plupart de mes pinceaux sur Coastal Scents, à un prix modique (attention quand même aux frais de port et aux délais de livraison). Ils proposent aussi des brush guards, vous pourrez faire d'une pierre deux coups.

Enfin, si vous voulez vraiment faire régner l’hygiène dans votre trousse à maquillage, j’ai lu qu’une maquilleuse professionnelle conseillait de passer un kleenex imbibé d’alcool à 90° sur les poudres et fards pressés au moins une fois par mois pour les désinfecter.

Voilà !

Posté par velvet6981 à 22:45 - Après tout, je reste une fêêêêmme ! - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire